fbpx

Du 20 au 24 octobre se sont tenus les International Games de planche-à-voile IQ Foil en Italie, sur le lac de Garde. Une opportunité pour trois de nos sportifs conventionnés, Lola Sorin, Lucie Belbeoch et Fabien Pianazza, de continuer à se tester sur le nouveau support olympique. Et au vu des résultats, ils semblent plutôt bien s’en accommoder.

Un nouveau format de courses

La délégation française était arrivée bien en avance sur le lieu des Championnats du monde, déclassés en International Games dans un souci d’équité en raison de la Covid-19, toutes les nations ne pouvant être présentes. Lucie Belbeoch était sur place 3 semaines avant le début de la compétition, quand Lola était, pour sa part, arrivée une dizaine de jours plus tôt. “Arriver en avance m’a énormément apporté. En IQ Foil, le terrain de pratique est vraiment déterminant : si l’eau est salée, douce, chaude ou froide, les réglages ne sont pas du tout les mêmes”, explique Lucie Belbeoch, dont les International Games était la première compétition internationale sur ce support. “Avoir été présents sur le site quelques temps en amont nous a donné une tendance. Cependant, pendant la préparation, nous avons eu des conditions que nous n’avons jamais retrouvées lors de la compétition”, ajoute Lola Sorin.

Après cette phase de repérage, est venu le moment de la compétition. Mais qui dit nouveau support dit aussi nouveau format de course. “En IQ Foil, il y a plusieurs modes de course. Il y a d’abord les parcours classiques olympiques, comme on a toujours connu jusqu’à présent, auxquels se rajoutent des courses “plus funs”, avec un départ au travers et sur une distance beaucoup plus courte”, explique Lucie Belbeoch. Nouveau format qui a alors demandé beaucoup d’adaptations aux sportifs, qui devaient en plus s’habituer aux conditions météorologiques particulières du site. “Le plan d’eau était navigable tôt le matin, le vent tombait totalement le midi, et on ne pouvait reprendre qu’en fin d’après-midi”. Des conditions stressantes qui demandaient de rester mobilisés sur une très longue plage horaire.

5 jours de compétition intenses

Durant les premiers jours de courses, les véliplanchistes ont dû naviguer sur 12 régates. À l’issue du quatrième jour, le classement général a été gelé et les 12 premiers ont accédé aux phases finales. À ce stade de la compétition, dans le tableau féminin, Lola Sorin se classait 12ème et Lucie Belbeoch 6ème dans, tandis que Fabien Pianazza se classait 35ème en senior homme, ce qui ne lui a pas permis d’accéder au tableau final.

Lors de la “Medal race”, le dernier jour de compétition, trois courses ont alors eu lieu. “Les deux premières du classement général étaient assurées d’aller en finale, les troisième et quatrième en demi-finale. Les 8 autres devaient se battre pour y accéder”, explique Lola Sorin. Bataille qu’elle n’est pas parvenue à remporter. “Je ne me suis pas qualifiée pour la demi-finale. Mais je suis quand même très contente de ma compétition. Je m’étais donnée comme objectif de finir dans le Top 15 senior. Je finis 10ème, le contrat est donc rempli !” Surtout qu’elle ajoute à cette belle performance une victoire chez les moins de 19 ans.

Lola Sorin remporte la compétition dans la catégorie des moins de 19 ans.

Les Françaises se distinguent parmi de nombreuses concurrentes

De son côté, Lucie Belbeoch a réussi à tirer son épingle du jeu lors de la course qui voyait s’affronter les véliplanchistes classées de la 5ème à la 12ème position au classement général, ce qui lui permis d’accéder à la demi-finale. Malheureusement, elle manque l’accès à la finale à une place près. “C’est un format super stressant où il y a vraiment beaucoup d’enjeux. C’était une première pour moi, mais je suis vraiment contente, je ne m’attendais pas à obtenir un si bon résultat. Je suis arrivée sans aucun objectif de performance, je voulais seulement me jauger en IQ Foil par rapport aux autres.” La Française est donc rassurée par sa cinquième place, d’autant que la concurrence ne manquait pas. “On était 66 inscrites. Ça fait beaucoup de monde sur la ligne de départ, on est plus habitué à des courses avec une quarantaine de concurrentes”, souligne-t-elle.

Place maintenant à un repos bien mérité pour les deux sportives. Alors qu’un hiver sans compétition se profile, chacune projette de travailler ses points faibles. Lucie Belbeoch va notamment se concentrer sur sa préparation physique. “Il est intéressant d’être un peu plus lourd en IQ Foil. Les premières au classement sur cette compétition se situent autour des 70 kg, alors que sur l’ancien support, les têtes de course se situaient plutôt autour de 56 kg.” Beaucoup de musculation au programme, donc. De son côté, Lola Sorin sait qu’elle a une carte à jouer dans la catégorie moins de 21 ans lors des championnats d’Europe et du monde qui devraient avoir lieu en 2021. Elle va donc tout faire pour atteindre ses objectifs.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *