fbpx

Océane Carnez : « L’envie de nager est revenue rapidement »

Nathan Billard

Nathan Billard

Il y a quelques semaines, nous avons pu échanger avec Océane Carnez, jeune nageuse nordiste, afin de faire le point sur son parcours depuis notre dernière entrevue, il y a un peu plus d’un an . Elle nous parle de son année à Liège, de sa participation aux derniers Championnats de France, au cours desquels la Béthunoise a malheureusement manqué de peu la qualification aux Jeux de Tokyo, ainsi que de ses prochaines échéances dans les bassins, avec une énergie et une motivation retrouvées. Entretien.

Bonjour Océane, comment vas-tu ?

Ça va beaucoup mieux, merci. J’ai en effet eu une période assez compliquée après les Championnats de France à Chartres en juin, après avoir raté la qualif’ pour les Jeux. On m’a ensuite détecté une mononucléose, qui m’a empêchée de finir la saison comme tout le monde. J’ai pu reprendre en septembre après 2 mois de pause, ça a été assez compliqué mais je commence à retrouver des sensations, de la motivation et de l’envie donc c’est le principal.

Depuis l’année dernière, tu as, on pourrait dire, littéralement changé de vie. Comment t’es-tu adaptée à ton nouvel environnement ? Quel bilan tires-tu de ce changement de vie ? Est-ce qu’il a été bénéfique pour ta carrière ?

Oui, en effet, j’ai en quelque sorte tout quitté pour aller suivre des études de biologie à Liège. Ça me semblait être le meilleur choix pour moi, puisque ça me permettait de poursuivre mes études sans arrêter la natation. Ça s’est bien passé dans un premier temps, j’ai bien progressé, j’ai découvert une autre façon de travailler, cela m’a donné une autre dynamique. Mais ensuite, c’est devenu assez compliqué avec les mesures sanitaires liées à la COVID. Je suis quelqu’un de très attachée à la famille, j’ai donc besoin de la voir souvent mais dès que je partais en France, je devais faire 10 jours de quarantaine à mon retour en Belgique. Ça a été surtout compliqué en février-mars, lorsque toutes mes compétitions étaient en France : à chaque fois que je finissais une quarantaine, je devais enchainer avec une nouvelle compétition ! C’est vite devenu ingérable, et c’est pour ça que j’ai décidé début mars de reprendre une certaine stabilité en rentrant en France pour la fin de la saison. J’ai dû arrêter mon année d’étude à Liège à ce moment-là aussi, même si la plupart des cours étaient disponibles en podcast en ligne c’était devenu trop compliqué d’allier les cours à distance avec les compétitions. J’ai donc préféré me concentrer sur la natation et commencer autre chose l’année prochaine pour les études. Finalement, c’est une année qui m’a fait progresser sur de nombreux aspects, et même si les choses se sont compliquées à partir de février, je ne regrette absolument pas ce choix de changement de vie. Cette expérience me sera bénéfique pour la suite.

Au niveau sportif, comment s’est déroulée ta saison ?

Jusqu’à janvier, cela a été surtout de la découverte, avec l’assimilation de ma nouvelle méthode d’entrainement à Liège. J’ai pu reprendre la compétition en février avec notamment le Golden Tour Nice, le meeting de Béthune, et le Golden Tour de Marseille en mars. C’était une période plus difficile, car très chargée au niveau des entrainements. Dans les compétitions je faisais des temps moins bons, mais cela m’a permis d’être prête pour mes échéances de fin de saison, et notamment les Championnats d’Europe en mai qui se sont bien déroulés. J’étais qualifiée pour le relais 4×200 m et on a fini à une belle 4ème place. J’ai eu ensuite quelques semaines pour me préparer aux Championnats de France Elite, qui étaient très importants pour moi puisque je visais la qualification pour le relais 4×200 m aux Jeux Olympiques.

Les Championnats de France représentaient un tournant dans ta saison. Quelles sensations as-tu éprouvées ? Comment se sont-ils déroulés pour toi ?

Honnêtement, j’étais relativement stressée pour ces Championnats. L’échauffement s’est bien passé mais c’est ensuite devenu plus compliqué pour les vraies courses, surtout sur le 200 m nage libre où je misais beaucoup, puisqu’il fallait que je sois performante sur cette distance afin de me qualifier pour le relais 4×200 m aux JO. Je visais les 4 premières places qui m’auraient permis de me qualifier, mais j’avais déjà fait un podium sur cette même course l’année d’avant, donc je voulais aussi pourquoi pas aller chercher une médaille, même si la 4ème place qualificative m’aurait déjà pleinement satisfaite. Mais malheureusement, je n’ai fini que 5ème. Le 100 m a été aussi un peu compliqué au niveau des sensations, je n’ai pas vraiment réussi à me remettre dedans après le 200 m. J’ai malgré tout fini à la 7ème place en finale, avec un bon temps au vu de ce que j’ai fait sur cette distance la saison dernière.

Après n’avoir malheureusement pas réussi à te qualifier pour les Jeux, j’imagine que la déception devait être grande… Comment réagir après ça ? T’es-tu fixée de nouveaux objectifs, ou as-tu changé de méthode d’entrainement ?

Après cette déception, j’ai pris une semaine complète de pause, pour couper un peu avec la natation et prendre le temps de me remettre de cet échec. La semaine suivante, j’ai repris doucement mais à cause d’une blessure à la main je n’ai pas pu reprendre de la façon que je souhaitais. Dans le même temps je suis tombée malade, juste avant une compétition de reprise, et j’ai été éloignée des bassins durant le reste de l’été. J’ai alors en quelque sorte traversé une période de doute. Je m’interrogeais vraiment sur l’intérêt de reprendre l’entrainement si les résultats ne suivaient pas derrière, et si j’étais encore capable de tout donner à l’entrainement pour revenir. Mais finalement en septembre, j’ai décidé de reprendre. J’ai été déçue des derniers Championnats certes, mais je n’étais pas dégoûtée au point d’arrêter, et puis l’envie est revenue assez naturellement. J’ai aussi changé ma méthode d’entrainement pour repartir sur de nouvelles bases, en passant du groupe sprint au groupe mixte demi-fond/sprint. J’ai en fait renoué en partie avec la méthode que je suivais en Belgique, qui était plus basée sur l’endurance et qui avait globalement bien fonctionné et m’avait permis de m’améliorer.

À la suite de ta reprise, quelles sont tes prochaines échéances, à la fois sur le plan sportif et le plan personnel ? Les Jeux Olympiques de Paris dans 3 ans sont-ils un objectif pour toi ? *

Au niveau sportif, à court terme le principal objectif, ce sont les championnats du monde universitaire qui se dérouleront en juin prochain en Chine. Je vise le 200m et pourquoi pas le 100m si je reviens bien, voire le relais s’il y a assez de nageuses. Il y a également le relais aux Euros 4x200m au mois d’août prochain qui sont dans un coin de ma tête aussi. Pour les courses individuelles, je ne me sens pas encore prête au niveau des temps. A plus long terme, il y a bien sûr les Jeux de Paris, c’est un objectif lointain pour lequel je m’entraine chaque jour, mais je préfère voir année après année et voir si je tiens encore 3 ans. En fait, je ne compte pas m’obliger à continuer si je vois que l’envie n’est plus là, mais j’espère bien sûr que je serai toujours là dans 3 ans et que je pourrai y participer. Au niveau personnel, je me suis inscrite en L1 STAPS à Liévin dans l’université d’Artois. C’est un choix assez facile pour pouvoir concilier les études et la natation, mais aussi j’aime bien les matières enseignées bien sûr. Je ne sais pas encore vraiment ce que je veux faire, je pense surtout à valider ma licence, ça me laisse donc encore 3 ans pour voir ce que je voudrais faire par la suite.

Pour finir sur une bonne note, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter à l’avenir ?

Pour les résultats sportifs, je me base surtout sur mon travail (rires). Après bien sûr, si on me souhaite la santé et la réussite, c’est déjà super !

*Depuis l’interview, Océane s’est illustrée lors des Championnats de France Elite N1, au cours desquels elle a pris la 4ème place de la finale A sur 100 m nage libre et la 5ème place de la finale A sur 200 m nage libre. N’hésitez pas à vous abonner à notre page Facebook Facebook et LinkedIn afin de continuer à suivre ses performances, ainsi que toute l’actualité liée à Futur Sport !

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nos autres articles

Océane Carnez : « L’envie de nager est revenue rapidement »

Il y a quelques semaines, nous avons pu échanger avec Océane Carnez, jeune nageuse nordiste, afin de faire le point sur son parcours depuis notre dernière entrevue, il y a un peu plus d’un an . Elle nous parle de son année à Liège, de sa participation aux derniers Championnats de France, au cours desquels la Béthunoise a malheureusement manqué de peu la qualification aux Jeux de Tokyo, ainsi que de ses prochaines échéances dans les bassins, avec une énergie et une motivation retrouvées. Entretien.

Retour d’expérience sur les Jeux Paralympiques de Tokyo par Valentin Bertrand

Valentin Bertrand est un athlète de 25 ans, spécialiste du saut en longueur. Hémiplégique du côté droit depuis la naissance, il concourt dans la catégorie T37 regroupant les sauteurs en handicap moteur et cérébral. Début septembre, il a participé aux Jeux Paralympiques de Tokyo et il revient pour nous sur cette expérience hors du commun.

FS

Futur Sport lance son pôle projet

Au cœur de l’ADN Futur Sport, il y a les sportifs conventionnés bien sûr, mais aussi toute la partie projet. C’est dans cette optique que le pôle projet se lance actuellement dans ses actions. Ce développement incrémental fait partie intégrante de la stratégie de l’association pour mettre à l’honneur la jeunesse et le sport.